JDN: Investir sur le search sans passer par Google, c’est possible!

 

Critères de ciblage, méthodes d’activation et KPI… Voici le détail des offres des trois spécialistes européens du search targeting hors Google : Captify, Keymantics et Nano Interactive.

Les requêtes des internautes sur les moteurs de recherche sont une mine d’or pour les annonceurs qui s’en servent pour adresser leurs campagnes aux personnes les plus susceptibles de s’y intéresser. Une marque d’automobile peut ainsi s’inviter sur l’écran d’un consommateur qui se renseigne sur un concurrent et une banque s’adresser au mobinaute qui compare les prix des emprunts pour acheter un bien. Bonne nouvelle pour les annonceurs, ces informations ne sont plus l’apanage de Google ou d’Amazon depuis que des solutions dites de “search targeting” ont vu le jour.

Pour accéder aux requêtes en ligne, ces sociétés nouent des partenariats directement avec les éditeurs de sites (médias généralistes ou spécialisés, comparateurs de prix, sites d’annonces,  e-commerçants…) qui disposent de moteurs de recherche intégrés. Les offres de Captify, Nano Interactive et Keymantics, les trois spécialistes du genre, diffèrent toutefois beaucoup en matière de stratégie de collecte, de relation avec les éditeurs ou de modèle d’activation des campagnes.

Revendiquant le reach le plus significatif – de l’ordre de 90 % en Allemagne, France et au Royaume-Uni – le britannique Captify déclare traiter 35 milliards de requêtes par mois, issues de ses 10 000 éditeurs partenaires. L’entreprise a bâti sa réputation sur une technologie de traitement sémantique qui affirme-t-elle identifie le sens exact des mots et calcule le degré d’intention exprimé par l’internaute dans sa recherche. Le “profil intentionniste” de l’utilisateur identifié par un cookie alimente des “personas”, des segments taillés pour les besoins de chaque campagne (jeunes mamans, étudiants, propriétaires de chien, etc.). L’adtech s’appuie également sur des rapprochements statistiques entre occurrences pour augmenter le pool d’internautes à cibler.

Want to read more? Continue reading the full article on JDN.

|